Tous les articles par gmare

27 septembre 2011 – Communiqué de presse

Communiqué de presse

Tous les syndicats de l’enseignement privé appellent à défendre leur avenir et à participer à l’action mardi 27 septembre 2011 (voir le communiqué de presse national et intersyndical du 8 septembre 2011 : « Zéro retraits d’emplois pour la rentrée 2012 »).

L’intersyndicale s’oppose aux nouvelles suppressions d’emploi programmées aussi dans l’enseignement privé sur l’académie de Potiers à la rentrée 2012 et à leurs conséquences désastreuses : après l’équivalent de 53 postes supprimés (c’est à dire un nombre bien supérieur d’enseignants impactés) à la rentrée 2011, les perspectives pour 2012 sont encore pires !

L’intersyndicale réaffirme sa vive opposition à la politique de l’Enseignement catholique qui « comprend et accepte d’accompagner » la politique gouvernementale et appelle à intervenir contre (…) les propositions faites par les instances de l’enseignement privé.

En l’occurrence, la CGT  dénonce très vivement tous les aménagements actuels effectués sans validation par le rectorat et qui ne respectent donc pas la loi Debré, référence de la situation actuelle de l’enseignement privé.

Nous dénonçons aussi tous les regroupements anti-pédagogiques ou les horaires incomplets qui détériorent très fortement les conditions d’enseignement pour les élèves et les conditions de travail des enseignants.

Nous dénonçons encore les établissements qui mettent en œuvre des séquences de 50 ou 45 minutes avec « capitulation » du reliquat pour des activités propres à l’établissement dont des enseignements non déclarés au rectorat.

Nous demandons au rectorat de condamner ces pratiques et de tout mettre en œuvre pour un retour rapide à une situation réglementaire.

Nous incitons les enseignants, qui constatent des distorsions entre leur emploi du temps et les heures déclarées, à se faire rémunérer les heures effectivement faites ou à refuser les activités diverses imposées et non déclarées : un travail bénévole ne peut être imposé et ne peut être que volontaire.

 Nous appelons les enseignants à refuser tous ces aménagements dont l’affichage pédagogique n’est qu’un alibi pour faire passer les réductions gouvernementales successives.

Nous appelons, avec l’intersyndicale du privé et avec tous les syndicats du public, tous les personnels des établissements d’enseignement privés à défendre leur avenir en participant à la journée du 27 septembre dans l’Éducation nationale et dans l’Enseignement agricole.

Poitiers, le 22 septembre 2011

Depuis plusieurs années, avec une accélération ces derniers temps en lien avec le tract Intenable de l’Enseignement Catho et les réductions gouvernementales, des déréglementations au Code de l’Education se font jour dans de plus en plus d’Etablissements sous Contrat d’Association avec l’Etat, Pêle mêle : réduction des heures de cours à 50 voire 45 minutes (le SGEC propose même de descendre jusqu’à 40 minutes) avec récupération pour ouvrir des classes supplémentaires – annualisation avec récupération des temps de stage ou des périodes d’examens (par une ou deux heures hebdomadaires « solidaires ») – regroupements anti-pédagogiques – suppression d’heures dans certaines classes « particulières » – non prise en compte des pondérations ou autre heure de première chaire – utilisation des HSE dédiées aux remplacements ou AP à des enseignements permanents sur l’année – suppression d’une heure d’enseignement par classe – etc…
Des expérimentations pédagogiques sont tout à fait possibles à condition qu’une telle demande soit faite auprès des recteurs concernés, ce que se gardent bien de faire les chefs d’établissements, cherchant ainsi à s’affranchir de l’administration pour utiliser à leur guise les moyens publics et mettre progressivement en place le face à face pédagogique comme dans les entreprises de formation. Continuer la lecture de Contre les déréglementations 

Crise de Rentrée : Vers des déréglementations tous azimuts ?

Cette rentrée a lieu au moment où la crise économique et financière s’aggrave, crise pour laquelle vont être demandés aux salariés de nouveaux sacrifices après ceux qu’ils ont déjà dû subir. Dans ce domaine, les fonctionnaires et assimilés, donc les enseignants, mais aussi tous les personnels rémunérés sur des fonds publics n’ont pas été épargnés: suppressions de postes entraînant l’aggravation des conditions de travail, perte de pouvoir d’achat avec le blocage de nos rémunérations, le tout dans une démarche de déréglementations dans toutes les directions.

Dans l’enseignement catholique du Poitou-Charentes les déréglementations sont mises en place dans toutes les directions : plusieurs établissements ont remis en place des aménagements horaires de 50 ou 45 minutes pourtant condamnés par le rectorat, l’annualisation a elle aussi été condamnée et des enseignants ont obtenu un retour à la normale pour tous, de nombreux regroupements anti-pédagogiques se font pour tenter de faire passer les réductions gouvernementales mais des enseignants ont réussi à résister parfois en faisant intervenir les inspecteurs, la non prise en compte de certaines pondérations réglementaires amène des enseignants concernés à intervenir pour le respect des textes et le paiement des heures dues, des chefs d’établissements prennent des décisions concernant des sections contre l’avis du rectorat, etc… etc… sans parler de la dénonciation unilatérale par les employeurs au niveau national de la convention collective des personnels OGEC.

Tous ceux qui ont refusé ou refusent de faire des séquences supplémentaires non déclarées et donc non payées sont pleinement dans leur droit et n’ont pas été sanctionnés : à chacun de dire NON à tous ces aménagements qui n’ont rien de pédagogiques et sont illégaux.

Dans ce contexte, se faire entendre et maintenir une pression forte sur le gouvernement restent des nécessités absolues… C’est le sens de l’appel à la grève pour le 27 septembre: voir à http://www.ferc.cgt.fr/ . Voir aussi la page 3 de http://www.unsen.cgt.fr/images/pef/pef_113/pef_113.pdf.

C’est aussi l’occasion de renforcer la CGT par l’adhésion : pour connaître ses droits et les (faire) défendre (emplois, mutations, inspections, notation, conditions d’emploi et de travail), pour être conseillé et appuyé efficacement dans ses démarches auprès de l’administration mais aussi des instances privées, pour construire l’avenir du système éducatif (réfléchir aux contenus et pratiques d’enseignement, améliorer et faire évoluer nos métiers, transformer le système éducatif dont l’enseignement privé, etc…).

Il est temps d’agir pour vos droits et de se faire entendre. Bonne rentrée.

 

> Lire la suite du Bulletin Académique n°73

Dépasser la résignation

La révision générale des politiques publiques intimement liée à la volonté de baisser les coûts des services publics avec pour conséquence la suppression massive de postes et des modifications des missions des personnels entraîne une aggravation des conditions de travail de tous.

Le choix affirmé de réduire les solidarités (« cancer de la France » selon un ministre), d’accroître les concurrences (y compris entre établissements), les réformes multiples imposées contre l’avis des premiers concernés, personnels de droit privé, agents de droit publics, fonctionnaires et usagers, ne font que renforcer cet état de fait : les services publics n’arrivent plus à remplir leur rôle au service de la population et les personnels voient leur charge de travail se modifier, s’accroître, les rapports entre individus se dégrader.

De nouvelles formes de pénibilité se développent et les personnels, soucieux du travail bien fait, souffrent de voir « la qualité empêchée », dans tous les métiers de l’enseignement et de la formation. C’est avec cette volonté de qualité du service rendu au public qu’ils résistent et entendent retourner la situation dégradée dans laquelle ils agissent malgré tout. Il peuvent compter sur le SNPEFP-CGT pour être à leurs côtés dans ce combat de tous les instants, que ce soit sur les questions de gestion et défense des personnels (promotions, mutations, affectations, formation, …) sur les questions spécifiques au métier (réformes, …), sur les questions générales (retraites, santé, pouvoir d’achat, …).

Chacun dans nos professions le sait, et cela même, s’il ne partage pas tous nos choix, le SNPEFP-CGT est présent, actif, mobilisé. Loin de défendre un statu quo qui serait mortifère pour les usagers des services publics puisque ceux-ci ne fonctionnent pas actuellement de façon satisfaisante, le SNPEFP-CGT construit avec les collègues, met au débat et porte, face au pouvoir en place quel qu’il soit, des propositions offensives, novatrices avec le souci constant de la démocratisation et de la satisfaction des besoins des usagers, qui va de pair avec une amélioration des conditions de travail des personnels.

C’est pourquoi avec la CGT, la FSU et d’autres, nous proposons que des mobilisations se développent dès la rentrée, avec les collègues, les parents. Construisons un véritable plan d’action dont le temps fort de la grève unitaire éducation nationale le 27 septembre.

Concours 2012

C’est le moment de s’inscrire aux concours externes; par delà les nouvelles modalités pour les concours internes (inscription en septembre-octobre) qui sont une opportunité en particulier pour de nombreux DR et précaires, il faut que d’autres orientations et décisions soient prises (augmentation massive du nombre de postes, arrêt du recrutement par la voie de la précarité, etc…) Voir le 4 pages