Archives pour la catégorie Bulletin Académique

Octobre 2017, BA 132

  • Edito
  • Calendrier scolaire, vers la création d’une zone D ?
  • Mobilisation du jeudi 19 octobre
  • Cour des Comptes : rapport du 4 octobre
  • Quand l’enseignement catho tape du poing !
  • Métier
  • Date concours
  • PPCR, quel avenir ?

Edito

C’est pas bientôt fini ce … « bordel » !

N’en déplaise au président et à son gouvernement, la CGT reste vigilante et active dans les luttes pour combattre toutes les mesures régressives que veulent mettre en place nos dirigeants !

La Loi Travail et les ordonnances, nous maintenons la pression.

La journée de mobilisation des fonctionnaires, quel succès, d’une part de par l’unité syndicale affichée, d’autre part par le nombre de manifestants, toujours plus nombreux, qui réalisent que Macron est bien un président … de droite !

Mais la liste des réjouissances n’est pas terminée !

Se profilent à l’horizon d’autres chantiers sociaux qui risquent bien de bouleverser encore le monde du travail et notre société: la réforme du chômage, la réforme de la formation profesionnelle et de l’apprentissage puis, début 2018, celle des retraites.

Le début du quinquénnat a de quoi nous inquiéter sur les propositions à venir, avec un seul objectif, satisfaire le MEDEF et les libéraux, ou plutôt … les têtes de cordée!

Pour les fonctionnaires (et agents publics), le rendez-vous salarial programmé ce lundi a été une vraie déception.

Mais les salarié.es ne s’y trompent pas, et sous les airs de pseudo-dialogue social, la calinothérapie pratiquée avec certaines centrales est dénoncée par leurs bases qui ne s’y retrouvent pas.

Le terreau pour une action unitaire est là, une convergence des luttes est possible, cela continue par la journée de mobilisation du jeudi 19 octobre !

[wpfilebase tag=fileurl path=’BA_132.pdf’ linktext=’ BA 132′ /]

BULLETIN ACADEMIQUE 130

Edito
Le nouveau président élu, un premier ministre -de droite- nommé, c’est un
gouvernement à la coloration très libérale qui a été formé. Les inquiétudes sont
réelles quant aux réformes annoncées à venir. Ne soyons pas dupes de la
calinothérapie pratiquée ces derniers jours par le chef de l’Etat, le 1er ministre et les
ministres. D’ailleurs, la disparition du ministère de la fonction publique et son
rattachement au ministère “de l’action et des comptes publics” veut tout dire: on ne
regarde plus la qualité du service mais on a un esprit comptable. Vive le nouveau
management! Sous couvert d’un pseudo dialogue social, il s’agit plus de ménager les
électeurs pour garantir une majorité présidentielle à l’Assemblée … pour ensuite
“réformer”, c’est-à-dire réduire les droits des travailleurs avec une réforme du Code du
travail XXL (inversion de la hiérarchie des normes, fusion des instances
représentatives des personnels, …), le rétablissement d’un jour de carence pour les
fonctionnaires, les retraites (sous couvert d’égalité, mais en alignant par le bas), et
aussi, dans notre secteur, développement de l’autonomie des établissements, ce qui
sous tend une mise en concurrence accrue. Le Sneip-Cgt a d’ailleurs rencontré le
ministre le 26 mai, sans être rassuré. communiqué sneip-cgt
Vous avez aimé le 49-3. Vous allez adorer les ordonnances. Aller vite et sans
dialogue, une vraie méthode…
Alors oui, nous avons des raisons d’être inquiets, la politique annoncée étant celle
d’un président élu plus par rejet d’une Extrême droite nauséabonde que par adhésion
à son projet. Des luttes s’annoncent pour préserver nos droits et peser sur le débat,
pour en conquérir de nouveaux. La CGT prendra toute sa place dans le combat!

BULLETIN ACADEMIQUE 131

Edito
La 1ère rentrée de l’ère Macron est placée sous le signe de la musique.
Et si la musique adoucit les moeurs, la partition gouvernementale, elle, prévoit de détruire les droits des salariés et précariser encore plus. C’est ainsi que pendant l’été furent annoncées la baisse de 5 € pour les APL ou la suppression de milliers d’emplois en contrats aidés, prenant de cours ceux qui en bénéficiaient, sans préavis ni ménagement. Un vaste plan de licenciement injuste. Nous avons aussi vécu au rythme des multiples réunions entre gouvernement et organisations syndicales (en forme de câlinothérapie) dans l’attente des ordonnances au sujet de la Loi Travail dite XXL, dont le seul but est d’assouvir les revendications d’un patronat qui en veut toujours plus pour accroître ses profits.
Licencier plus facilement pour permettre d’embaucher davantage, drôle de conception.
L’Education Nationale n’est pas en reste. Le ministre étant un vieux de la vieille du système.
La ligne directrice est clairement libérale, avec développement de l’autonomie des
établissements, flexibilité et renforcement du pouvoir des chefs d’établissement (avec leurs conséquences sur nos conditions de travail). C’est aussi le retour du jour de carence en janvier 2018, le gel du point d’indice ou la remise en cause du PPCR, qui n’était qu’un
engagement du gouvernement précédent, non budgété sur toute la période prévue !
La méthode Blanquer, c’est aussi des évaluations en CP et 6 e , c’est une communication à
outrance sur les classes de CP à 12 en REP et REP+, oubliant de rappeler que c’est en
chargeant les effectifs ailleurs que la mise en place de ce dispositif est possible.
Pour toutes ces raisons, nous devrons donc être nombreux dans la rue le 12 septembre,
pour exprimer notre opposition à la ligne gouvernementale. La défense du Code du Travail,
c’est l’affaire de tous, que l’on soit de droit privé ou de droit public.
Il n’est pas inutile non plus de rappeler que, contrairement à ce que l’on nous rabâche
chaque jour, l’école n’est pas un coût mais un investissement.
Le 12 septembre, je suis dans la rue!

Bonne rentrée à tou-te-s!

 

 

Edito BA126

EditoCes derniers temps, quelque soit leur bord, des personnages politiques arborent des idées pré-conçues caricaturales sur l’éducation au travers des médias…  Des idées…  surtout sur la façon de faire des économies sur le dos de l’éducation ! Nos experts du nivellement par le bas, n’hésitent pas à prôner de nouveaux modèles basés sur des mythes d’employabilité renonçant à toute culture humaniste.

A l’heure où se profilent les élections, on ressort les vieilles marottes bassement démagogiques ; chers enseignants,  n’aviez-vous pas remarqué que vous ne travaillez que 6 mois de l’année ?  (N. Sarkozy, France Inter, le 18 octobre 2016). Paresseux.

Et ce n’est que le début ! Jusqu’où iront-ils pour vendre des mirages à de futurs électeurs qu’ils considèrent comme des ovins prêts à tout brouter ? Et nous assistons grâce à des médias serviles à une superbe surenchère ; par exemple, à l’annonce de la future casse du statut de fonctionnaire !!!

Dans l’Éducation, l’autonomie des établissements se concrétise de jour en jour ; comme si améliorer le système ne pouvait passer que par la mise en concurrence des personnels et le développement des modes de gouvernance reposant sur la défiance et les pressions. Si certains syndicats complaisants ont accepté de telles visions de ce qu’ils considèrent comme  progrès, ce n’est pas la position de la CGT.

Comme dans tous les secteurs d’activité, nous nous devons de continuer à mobiliser nos énergies à combattre les réformes qui introduisent toujours plus d’arbitraire, de flexibilité, de précarité dans le monde du travail. Cultivons nos solidarités, soyons les grains de sables de ces perspectives régressives, résistons !  


L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde »  – Nelson Mandela


Sommaire                               

  • Commission Académique de l’Education Nationale (CAEN)
  • Enseignement Professionnel: l’apprentissage encore et encore!
  • 1er degré
  • Migrants: n’opposons pas les misères, combattons-les!
  • Réforme du collège
  • 60 000 postes en plus, qu’en est-il exactement?
  • Personnels OGEC
  • Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations (PPCR)
  • Criminalisation de l’action syndicale

[lire la suite du BA 126] 07

Edito BA 122

Si c’est non, alors ce sera forcément oui !

L’an passé, c’était la réforme du collège, contre l’avis de la grande majorité du monde enseignant, le décret d’application a été signé de nuit  dans une ambiance de clandestinité!
Cette année, c’est la loi Travail, sans doute pour fêter le 10 mai 81; le gouvernement de M. Valls a utilisé le 49.3 pour imposer de force cette loi, dite Loi Travail, sans tenir compte d’une opinion publique majoritairement contre ! Vive le dialogue social ! Alors, à l’aide de syndicats et de médias complaisants, tout est bon pour tordre le réel et repeindre l’information en inversant totalement les questions et les faits. Aux dernières nouvelles, notre ministre et ses représentants déclarent même que les enseignants vont recevoir une augmentation historique puisque la fin de carrière d’un enseignant pourraient être envisagée autour de 4500 € selon France Info (correctif: c’est du brut et seulement pour lespour les quelques rares qui accéderaient à la classe exceptionnelle ! …ne rêvons pas) !

Qui peut donc encore croire ces balivernes ? D’ailleurs, comme par hasard, les moyens ne seraient débloqués vraiment qu’après les prochaines élections!!!

Il faut donc faire un travail d’information pour imposer un véritable dialogue social, porter des idées nouvelles afin d’obtenir d’autres perspectives !
# on vaut mieux que ça ! ou pas ?

Plus que jamais, notre destin est dans nos mains ! et ce “nos” est bien collectif…

[Lire le Bulletins n°122] en pdf