Archives du mot-clé Académie de poitiers

Mais à quoi sert l’enseignement catholique ?

Les différentes « propositions » que souhaite imposer le gouvernement actuel sont justifiées à travers des rapports ou des annonces médiatiques échelonnés dans un objectif général de casse de toute l’Éducation Nationale sous prétexte d ‘une austérité soi-disant nécessaire!

L’enseignement privé est pilote de toutes ces réorientations libérales : à travers les déréglementations horaires que nous ne cessons de dénoncer, le privé expérimente l’augmentation du temps de travail des enseignants et le développement de la précarité.

Un nombre de plus en plus grand d’enseignants délégués rectoraux est déjà noté seulement par la note administrative par le seul chef d’établissement, ceci est maintenant plus qu’envisagé pour les titulaires.

Continuer la lecture de Mais à quoi sert l’enseignement catholique ? 

27 septembre 2011 – Communiqué de presse

Communiqué de presse

Tous les syndicats de l’enseignement privé appellent à défendre leur avenir et à participer à l’action mardi 27 septembre 2011 (voir le communiqué de presse national et intersyndical du 8 septembre 2011 : « Zéro retraits d’emplois pour la rentrée 2012 »).

L’intersyndicale s’oppose aux nouvelles suppressions d’emploi programmées aussi dans l’enseignement privé sur l’académie de Potiers à la rentrée 2012 et à leurs conséquences désastreuses : après l’équivalent de 53 postes supprimés (c’est à dire un nombre bien supérieur d’enseignants impactés) à la rentrée 2011, les perspectives pour 2012 sont encore pires !

L’intersyndicale réaffirme sa vive opposition à la politique de l’Enseignement catholique qui « comprend et accepte d’accompagner » la politique gouvernementale et appelle à intervenir contre (…) les propositions faites par les instances de l’enseignement privé.

En l’occurrence, la CGT  dénonce très vivement tous les aménagements actuels effectués sans validation par le rectorat et qui ne respectent donc pas la loi Debré, référence de la situation actuelle de l’enseignement privé.

Nous dénonçons aussi tous les regroupements anti-pédagogiques ou les horaires incomplets qui détériorent très fortement les conditions d’enseignement pour les élèves et les conditions de travail des enseignants.

Nous dénonçons encore les établissements qui mettent en œuvre des séquences de 50 ou 45 minutes avec « capitulation » du reliquat pour des activités propres à l’établissement dont des enseignements non déclarés au rectorat.

Nous demandons au rectorat de condamner ces pratiques et de tout mettre en œuvre pour un retour rapide à une situation réglementaire.

Nous incitons les enseignants, qui constatent des distorsions entre leur emploi du temps et les heures déclarées, à se faire rémunérer les heures effectivement faites ou à refuser les activités diverses imposées et non déclarées : un travail bénévole ne peut être imposé et ne peut être que volontaire.

 Nous appelons les enseignants à refuser tous ces aménagements dont l’affichage pédagogique n’est qu’un alibi pour faire passer les réductions gouvernementales successives.

Nous appelons, avec l’intersyndicale du privé et avec tous les syndicats du public, tous les personnels des établissements d’enseignement privés à défendre leur avenir en participant à la journée du 27 septembre dans l’Éducation nationale et dans l’Enseignement agricole.

Poitiers, le 22 septembre 2011

Depuis plusieurs années, avec une accélération ces derniers temps en lien avec le tract Intenable de l’Enseignement Catho et les réductions gouvernementales, des déréglementations au Code de l’Education se font jour dans de plus en plus d’Etablissements sous Contrat d’Association avec l’Etat, Pêle mêle : réduction des heures de cours à 50 voire 45 minutes (le SGEC propose même de descendre jusqu’à 40 minutes) avec récupération pour ouvrir des classes supplémentaires – annualisation avec récupération des temps de stage ou des périodes d’examens (par une ou deux heures hebdomadaires « solidaires ») – regroupements anti-pédagogiques – suppression d’heures dans certaines classes « particulières » – non prise en compte des pondérations ou autre heure de première chaire – utilisation des HSE dédiées aux remplacements ou AP à des enseignements permanents sur l’année – suppression d’une heure d’enseignement par classe – etc…
Des expérimentations pédagogiques sont tout à fait possibles à condition qu’une telle demande soit faite auprès des recteurs concernés, ce que se gardent bien de faire les chefs d’établissements, cherchant ainsi à s’affranchir de l’administration pour utiliser à leur guise les moyens publics et mettre progressivement en place le face à face pédagogique comme dans les entreprises de formation. Continuer la lecture de Contre les déréglementations 

Crise de Rentrée : Vers des déréglementations tous azimuts ?

Cette rentrée a lieu au moment où la crise économique et financière s’aggrave, crise pour laquelle vont être demandés aux salariés de nouveaux sacrifices après ceux qu’ils ont déjà dû subir. Dans ce domaine, les fonctionnaires et assimilés, donc les enseignants, mais aussi tous les personnels rémunérés sur des fonds publics n’ont pas été épargnés: suppressions de postes entraînant l’aggravation des conditions de travail, perte de pouvoir d’achat avec le blocage de nos rémunérations, le tout dans une démarche de déréglementations dans toutes les directions.

Dans l’enseignement catholique du Poitou-Charentes les déréglementations sont mises en place dans toutes les directions : plusieurs établissements ont remis en place des aménagements horaires de 50 ou 45 minutes pourtant condamnés par le rectorat, l’annualisation a elle aussi été condamnée et des enseignants ont obtenu un retour à la normale pour tous, de nombreux regroupements anti-pédagogiques se font pour tenter de faire passer les réductions gouvernementales mais des enseignants ont réussi à résister parfois en faisant intervenir les inspecteurs, la non prise en compte de certaines pondérations réglementaires amène des enseignants concernés à intervenir pour le respect des textes et le paiement des heures dues, des chefs d’établissements prennent des décisions concernant des sections contre l’avis du rectorat, etc… etc… sans parler de la dénonciation unilatérale par les employeurs au niveau national de la convention collective des personnels OGEC.

Tous ceux qui ont refusé ou refusent de faire des séquences supplémentaires non déclarées et donc non payées sont pleinement dans leur droit et n’ont pas été sanctionnés : à chacun de dire NON à tous ces aménagements qui n’ont rien de pédagogiques et sont illégaux.

Dans ce contexte, se faire entendre et maintenir une pression forte sur le gouvernement restent des nécessités absolues… C’est le sens de l’appel à la grève pour le 27 septembre: voir à http://www.ferc.cgt.fr/ . Voir aussi la page 3 de http://www.unsen.cgt.fr/images/pef/pef_113/pef_113.pdf.

C’est aussi l’occasion de renforcer la CGT par l’adhésion : pour connaître ses droits et les (faire) défendre (emplois, mutations, inspections, notation, conditions d’emploi et de travail), pour être conseillé et appuyé efficacement dans ses démarches auprès de l’administration mais aussi des instances privées, pour construire l’avenir du système éducatif (réfléchir aux contenus et pratiques d’enseignement, améliorer et faire évoluer nos métiers, transformer le système éducatif dont l’enseignement privé, etc…).

Il est temps d’agir pour vos droits et de se faire entendre. Bonne rentrée.

 

> Lire la suite du Bulletin Académique n°73

Concours 2012

C’est le moment de s’inscrire aux concours externes; par delà les nouvelles modalités pour les concours internes (inscription en septembre-octobre) qui sont une opportunité en particulier pour de nombreux DR et précaires, il faut que d’autres orientations et décisions soient prises (augmentation massive du nombre de postes, arrêt du recrutement par la voie de la précarité, etc…) Voir le 4 pages

Actu Lycée Pro

La CGT avait déposé un préavis de grève couvrant les personnels de l’Éducation nationale qui protestent contre le dispositif d’évaluation de l’épreuve de contrôle du baccalauréat professionnel : du LUNDI 4 au VENDREDI 8 JUILLET 2011.

Voir > http://www.unsen.cgt.fr//index.php?option=com_content&task=view&id=1072&Itemid=352

L’intersydicale CGT-SUD-FSU demandent l’arrêt du développement de l’apprentissage, la priorité à la formation sous statut scolaire et le maintien de l’enseignement professionnel et de ses personnels sous la responsabilité d el’Etat.

Voir > http://www.unsen.cgt.fr//index.php?option=com_content&task=view&id=1065&Itemid=352

L’ARF (association des régions de France) vient de demander « s’agissant des lycées professionnels de l’Éducation nationale et de l’Agriculture, compte tenu de leur importance en terme de développement économique, un transfert complet de compétence, portant sur la complémentarité entre formation traditionnelle et formation alternée, sera mis en oeuvre ». La CGT s’inquiète de ce projet.

Voir> http://www.snpefp-cgt.org/mod/fileman/files/2011-05-11-_EPR_-_Panneau_affichage_46.pdf

Actu – Dérèglementation

Les modalités de déréglementation sont très diverses pour récupérer des heures d’enseignement : réduction du temps de cours à 50 ou 45 minutes, annualiser les horaires, regrouper des sections, ne pas proposer certains cours. Sans parler de dépassements d’effectifs dans certaines sections.

La dernière revue du SNES contient un excellent dossier à partir de la page 21 sur « privatisation et marchandisation de l’école ».

Des enseignants de la Vienne ont été choqués d’avoir corrigé des copies du brevet des collèges avec une enseignante religieuse portant l’habit de sa congrégation.

 

Actu – DR

Précarité, emplois du temps morcelés, petits salaires et autres réjouissances.

Le ministère de l’Education Nationale a organisé le jeudi 7 juillet 2011 une réunion sur l’application du protocole concernant les non-titulaires, la CGT-Educ’action considère qu’en l’état le projet de loi et ses applications sont inacceptables. Elle revendique la titularisation sans condition de concours ni de nationalité des non-titulaires.

Formation en Poitou-Charentes

Le SNPEFP-CGT Poitou-Charentes a organisé une réunion en direction des formateurs (intervenant dans des entreprises ou centres de formation notamment l’ISFAC et le CLAF) mercredi 6 juillet à l’UD-CGT de Poitiers, en présence de Guiseppina BONFINI, membre du bureau national du secteur Formation du SNPEFP-CGT. Nous avons abordé les différents contrat de travail, le ratio (temps devant stagiaire / temps de préparation), les frais de déplacement, les disparités salariales hommes / femmes, etc…

La CGT sera présente aux prochaines élections organisées dans le CLAF (500 salariés).