Archives du mot-clé emploi

MUTATION 1er DEGRE

La Commission Inter Diocésaine de l’Emploi (CIDE) de Poitou-Charentes s’est réunie le mercredi 4 juin 2014.

Conformément aux Accords de l’Emploi, les maîtres codifiés A2, A3, A4 (priorités de réemploi) et B1, B2, B3  (mutation d’un maître du corps diocésain) ont vu leur situation étudiée en fonction de leurs voeux et dans le respect des priorités.

Les représentants CGT qui siègent à cette commission se tiennent à leur disposition pour répondre à toutes les questions.

Une fois cette étape passée, la Commission fait le point sur le nombre de services qui demeurent vacants et, en fonction du nombre de services à réserver pour les lauréats de concours (candidats classés C), propose une liste de services sur lesquels vont pouvoir postuler les maîtres classés C ainsi que les maîtres classés B4 et B5 (mutation d’un maître n’appartenant pas au corps diocésain).

La SNEIP-CGT revendique le droit à la mutation pour tous les maîtres titulaires, avec impératifs ou non, dans le respect des Accords de l’Emploi.

Comme les années précédentes, les représentants du SNEIP-CGT ont fait valoir ce droit afin que les candidats classés B5 puissent aussi avoir le droit de postuler.

Comme les années précédentes, les représentants du SNEIP-CGT se sont heurtés à une certaine réticence d’un grand nombre de membres de l’assemblée.

La CIDE a donc accepté que les maîtres classés B5 puissent participer à cette phase du mouvement.

Les voeux doivent se faire pour le 13 juin, la prochaine CIDE se réunissant le 18 juin.

Si vous êtes d’une autre académie et si vous souhaiter muter en Poitou-Charentes, les représentants du SNEIP-CGT peuvent suivre et défendre votre dossier en commission.

N’hésitez pas à les contacter.

 

 

 

Edito BA 88

editoEn guise d’édito !

La rentrée 2013 se prépare à grande vitesse dans des conditions toujours aussi insatisfaisantes :
– l’enseignement catho veut appliquer à géométrie variable, pour un affichage local, la refondation en premier degré, ce qui ne l’empêche pas de réclamer les financements adéquats pour les activités périscolaires,
– la mise en place des concours pour la rentrée 2014 se fait par une rémunération de l’année de stage à mi temps sans que le type de contrat ne soit clarifié à ce jour, laissant ces étudiants-stagiaires à la merci des instances privées,
– les réformes régressives en second degré sont maintenues, que ce soit le bac pro 3 ans, l’AP ou autre mesure permettant toujours plus d’autonomie, mais au service des chefs d’établissement et rarement des équipes enseignantes,
– la nouveauté est une DGH composée pour partie d’HSA, ce qui va introduire encore plus de temps incomplets, permettre des attributions opaques et servir de cache-sexe à la perte de pouvoir d’achat ou autres salaires indécents.
Sans parler de la question criante de la revalorisation salariale qui se traduit par un déficit très inquiétant de candidatures aux concours et qui engendre un « travailler toujours plus ».
Concernant les négociations sur la nouvelle Convention Collective, comme il fallait s’y attendre, le collège employeur (OGEC, chefs d’établissement) a été débouté (et condamné à verser 400 € chaque organisation) de leur contestation du droit d’opposition de 4 syndicats dont la CGT : le personnel OGEC ne doit pas faire les frais plus longtemps de cette période d’incertitude due aux employeurs et des négociations loyales doivent s’ouvrir très rapidement pour une Convention Collective équitable pour les personnels.
Des actions gagnantes sont possibles : la fin du jour de carence dans la fonction publique ou la suppression du CLES2 ou C2E2I pour une titularisation en sont des exemples.
Mais que ce soit du côté des personnels OGEC, des précaires ou des enseignants « titulaires » il y a urgence à dépasser le sauve-qui-peut individuel et à intervenir dans des actions collectives localement, dans l’enseignement privé, dans toute l’éducation nationale ou plus largement avec la fonction publique ou le secteur privé.
La syndicalisation est une réponse adéquate pour s’informer, agir, peser pour transformer nos situations, pour renforcer l’action de la CGT dans les commissions régionales ou auprès du rectorat.
Pour info, la cotisation donne désormais droit à crédit d’impôt, ce qui est loin d’être négligeable pour nombre de personnels, raison de plus pour concrétiser la syndicalisation dès maintenant.
Regroupez-vous, contactez-nous, syndiquez-vous, résistez !

Mots clés du BA88 : Concours réservés – Mutations – Délégués rectoraux – Emploi – Convention collective – HSA – Retraite complémentaire – Retraite additionnelle

[Lire la suite]

Handicap et enseignement

Les maîtres du  privé en situation de handicap, reconnu par les commissions compétentes, peuvent bénéficier d’un contrat à titre provisoire sans être lauréats d’un concours, à condition que leur handicap soit compatible avec l’exercice du métier d’enseignant.

Ils peuvent bénéficier d’aménagement des conditions d’examen, mais peuvent aussi être recrutés directement à la suite d’un entretien de recrutement destiné à vérifier leurs compétences.

Les maîtres contractuels BOE (Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi) qui ont été recrutés à titre provisoire sur un service vacant peuvent, s’ils le souhaitent et sous réserve de l’accord du directeur d’école ou du chef de l’établissement, demeurer sur ce service.

Les maîtres handicapés sont classés C1 dans leur académie. Les situations de handicap sont ainsi prises en compte dans le cadre d’une mutation, mais la rareté des services effectivement disponibles et la non codification par des points en réduit énormément la portée, contrairement à ce qui se passe pour les fonctionnaires en situation de handicap.

Continuer la lecture de Handicap et enseignement