Archives du mot-clé réforme du collège

Edito BA126

EditoCes derniers temps, quelque soit leur bord, des personnages politiques arborent des idées pré-conçues caricaturales sur l’éducation au travers des médias…  Des idées…  surtout sur la façon de faire des économies sur le dos de l’éducation ! Nos experts du nivellement par le bas, n’hésitent pas à prôner de nouveaux modèles basés sur des mythes d’employabilité renonçant à toute culture humaniste.

A l’heure où se profilent les élections, on ressort les vieilles marottes bassement démagogiques ; chers enseignants,  n’aviez-vous pas remarqué que vous ne travaillez que 6 mois de l’année ?  (N. Sarkozy, France Inter, le 18 octobre 2016). Paresseux.

Et ce n’est que le début ! Jusqu’où iront-ils pour vendre des mirages à de futurs électeurs qu’ils considèrent comme des ovins prêts à tout brouter ? Et nous assistons grâce à des médias serviles à une superbe surenchère ; par exemple, à l’annonce de la future casse du statut de fonctionnaire !!!

Dans l’Éducation, l’autonomie des établissements se concrétise de jour en jour ; comme si améliorer le système ne pouvait passer que par la mise en concurrence des personnels et le développement des modes de gouvernance reposant sur la défiance et les pressions. Si certains syndicats complaisants ont accepté de telles visions de ce qu’ils considèrent comme  progrès, ce n’est pas la position de la CGT.

Comme dans tous les secteurs d’activité, nous nous devons de continuer à mobiliser nos énergies à combattre les réformes qui introduisent toujours plus d’arbitraire, de flexibilité, de précarité dans le monde du travail. Cultivons nos solidarités, soyons les grains de sables de ces perspectives régressives, résistons !  


L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde »  – Nelson Mandela


Sommaire                               

  • Commission Académique de l’Education Nationale (CAEN)
  • Enseignement Professionnel: l’apprentissage encore et encore!
  • 1er degré
  • Migrants: n’opposons pas les misères, combattons-les!
  • Réforme du collège
  • 60 000 postes en plus, qu’en est-il exactement?
  • Personnels OGEC
  • Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations (PPCR)
  • Criminalisation de l’action syndicale

[lire la suite du BA 126] 07

Edito BA 122

Si c’est non, alors ce sera forcément oui !

L’an passé, c’était la réforme du collège, contre l’avis de la grande majorité du monde enseignant, le décret d’application a été signé de nuit  dans une ambiance de clandestinité!
Cette année, c’est la loi Travail, sans doute pour fêter le 10 mai 81; le gouvernement de M. Valls a utilisé le 49.3 pour imposer de force cette loi, dite Loi Travail, sans tenir compte d’une opinion publique majoritairement contre ! Vive le dialogue social ! Alors, à l’aide de syndicats et de médias complaisants, tout est bon pour tordre le réel et repeindre l’information en inversant totalement les questions et les faits. Aux dernières nouvelles, notre ministre et ses représentants déclarent même que les enseignants vont recevoir une augmentation historique puisque la fin de carrière d’un enseignant pourraient être envisagée autour de 4500 € selon France Info (correctif: c’est du brut et seulement pour lespour les quelques rares qui accéderaient à la classe exceptionnelle ! …ne rêvons pas) !

Qui peut donc encore croire ces balivernes ? D’ailleurs, comme par hasard, les moyens ne seraient débloqués vraiment qu’après les prochaines élections!!!

Il faut donc faire un travail d’information pour imposer un véritable dialogue social, porter des idées nouvelles afin d’obtenir d’autres perspectives !
# on vaut mieux que ça ! ou pas ?

Plus que jamais, notre destin est dans nos mains ! et ce “nos” est bien collectif…

[Lire le Bulletins n°122] en pdf

éDiTo BA120

mots clé: manifestation, grève, loi travail, grève, salaire, reforme du collège

éDiToEdito

Plus de 10 000 personnes dans les rues le  9 mars en Poitou-Charentes, plus de 450 000 manifestants dans toute la France, incontestablement  cette première journée de mobilisation a été un véritable succès.  

Et le mouvement doit s’intensifier!

Il faut faire de l’appel unitaire  duDR-CGT une grande journée de mobilisation.

Ce ne sont pas les quelques soit disant avancées qui doivent servir de leurre. Proposer un projet sans concertation, brouillon, en retirer quelques points contestés pour faire passer le texte comme une avancée est une pseudo ruse dont nous ne devons pas être dupes!

Les syndicats dits “réformistes” sont prêts à se satisfaire d’une version à minima, dans leur tradition d’accompagnement de la politique gouvernementale. La CGT a d’autres ambitions, et de vraies propositions pour construire le Code du Travail du XXIe siècle.

Alors soyons encore plus nombreux dans la rue le jeudi 31 mars pour réclamer le retrait sans condition de cette Loi Travail!

[lire le BA120]

Edito BA119

Mots clés : Mobilisation, 9 mars, Code du Travail, réforme du collège, Merci Patron, Apprentissage, livret scolaire

EditoéDit0

Droit du travail en danger !

Depuis la publication du projet de réforme du Code du Travail, les réactiondroit du travails pleuvent, avec en premier lieu les félicitations du Medef. On pouvait s’attendre à des surprises de la part d’un gouvernement qui se dit toujours de gauche mais qui n’a apparemment d’yeux et d’oreilles que pour les sirènes du néolibéralisme.

Comme certains ont pu l’écriture, c’est une “Gattazstrophe”.

Comme l’a dit dans l’Hémicycle le député communiste Gaby Charroux, c’est la “flexiprécarité généralisée”.

En effet, sans coup férir, on nous propose dans un premier temps avec un 49.3 sur la tempe de supprimer les droits acquis des salariés tout en prétendant que c’est pour leur bien…

“Ayez moins de droits, vous aurez du travail !”

C’est à peu de chose près la berceuse incessante que nous serine la déesse aux cent bouches et les marionnettistes de bazar qui font leurs petites affaires en creusant chaque jour un fossé entre les péquins moyens que nous sommes  et eux qui s’autorisent à penser et à imposer une gouvernance dure et impitoyable. Comment peut-on croire qu’en déshabillant le droit du travail dont les règles ont été acquises suite à des rapports des force difficiles, on ouvrira le monde du travail vers des horizons plus cléments?

Apparemment, ni l’UNSA, ni la CFDT n’appelleront à la mobilisation le 9 mars, afin de ne pas contrarier Matignon qui une fois de plus sifflote quelques promesses.

Des promesses ? Chacun sait qu’elles n’engageront une fois de plus que ceux qui veulent bien les entendre.

Un peu comme la réforme du collège pour laquelle les syndicats dits réformistes découvrent que tout ne va pas se passer comme c’était annoncé…

Alors tous dans la rue le 9 mars, soyons le plus possible à nous mobiliser pour rejeter le projet de réforme du Code du travail!

[Lire le BA 119 …]

Edito BA118

Mots clés : Journée d'action, 26 janvier, austérité, réforme du collège, action, ORS, Goodyear, pass’education, concours 1er degré, Créteil

EditoéDit0

Le Ministère de l’Education National persiste dans le maintien d’une réforme du collège contestée par la majorité des syndicats.

Initialement prévue comme une mobilisation supplémentaire contre la réforme du collège, la journée 26 s’est transformée en une journée d’action intersyndicale étendue à l’ensemble de la fonction publique. La FSU, SUD et FO appellent également à la grève.

Le choix de l’austérité c’est aussi lui qui conduit au blocage de nos salaattentismeires depuis 2010.
L’austérité décrétée comme la recette miracle aura raison des promesses de campagne. Les milliers de postes promis ne seront pas au rendez-vous,  pas même un 1/4 ont été créés.

manif
Tous les services publics sont impactés par les mêmes réformes libérales.
L’éducation, de moins en moins nationale, ne devient qu’un moyen de formatage à un dogme de la religion “économie libérale”, abandonnant ainsi sa mission émancipatrice au profit d’une vision d’employabilité de masses bien dociles.
Ne soyons pas complices de cette idéologie dévastatrice, participons, faisons masse pour rétablir un rapport de force.

[lire la suite du bulletin]

La réforme et les berniques

Est-ce qu’on ne nous prendrait pas pour des berniques ?
De nombreux collègues, face à l’imminence de la mise en place de cette réforme, prennent conscience de la complexité d’un déploiement sans moyen dans un cadre berniquesaux programmes indigents… Avec au coeur, une somme d’injonctions floues favorisant les dispositifs arbitraires aux ajustements hasardeux.
Pour les enseignants les situations sont cornéliennes.
La mise en place des EPI, par exemple, est, au mieux, à l’initiative de ceux-ci alors que les horaires disciplinaires en seront amputés. S’associer à de tels choix revient soit à mettre en fragilité sa propre discipline, soit celle des collègues…
Du point de vu des élèves, c’est se voir imposer une rupture dans les apprentissages entrepris… Et, pour tout ceux qui seront amenés à changer d’établissement, la fin du collège unique révélera encore plus les fractures sociales et les marginalisations. C’est bel et bien la fin de l’égalité sur le territoire.
Débrouillez vous les élèves, dans ce fatras, vous devrez vous adapter coûte que coûte, être flexibles, ça commence aujourd’hui ! Si vous n’y arrivez pas c’est que vous êtes accrochés à raz-de-mareedes représentations qui n’ont plus lieu d’être.
En résumé, les objectifs pédagogiques ne sont que façades d’une superficialité nihiliste ; par contre, la casse du collège est très bien organisée ; en semant une zizanie qui jette l’opprobre sur le monde enseignant il devient facile de diviser pour mieux exploiter.
Il faudrait être des patelles pour ne pas le croire.

Pourtant, si les enseignants sont des mollusques immobiles accrochés à un modèle passéiste, les établissements sont et ont très souvent été des lieux de questionnement professionnels bien plus dynamiques que l’entreprise privée très souvent prise en modèle. Toute comparaison étant faite avec une somme de mépris en proportion avec la méconnaissance du terrain qui caractérise ceux qui entretiennent ce discours.

Et puis, il y a l’irrationnel : quel enseignant n’est jamais ressorti d’une correction de brevet frustré considérant que les consignes de notation n’était pas à la hauteur des exigences d’un enseignement de qualité? Et pourtant, sur quoi communique à grand frais notre administration : “Le niveau est bon, il n’a jamais été aussi bon !!! “ Il est vrai que contrairement au résultat PISA, les taux de réussite nationaux progressent chaque année !

Alors pourquoi réformer un système qui fonctionne si bien ?

Il a déjà fallu faire tant d’économies de moyens, subir tant d’injonctions contradictoires venant de nos chères têtes pensantes que le collège nous semble déjà très fragilisé. A qui cela peut-il bien profiter ? A croire que la mission d’enseigner à tous fait vraiment peur.
Ne serait-il pas tentant de se dire qu’ils aimeraient mieux gouverner des mollusques !
Cette réforme ne se fera que si vous abandonnez, laissant ainsi un accord tacite…

Bulletin d’Information Académique n°115

Mots clés : précarité, le NON, PPCR, réforme du collège, IMP, Rebsamen, retraite, prof documentaliste

Edito

Ens-catho_precarite_LELes relations sociales entre « partenaires » sociaux sont des outils de domination si un rapport de force ne permet pas de faire contrepoids, les médias crient à priori haro sur la CGT et cajolent toujours et sans cesse des syndicats plus complaisants.

Sommes-nous pourtant le clan du NON ? ou une présentation des questions sous cet angle n’est elle pas fallacieuse, voire un poil perfide ?

En renonçant systématiquement au NON, on se fourvoie dans des solutions en trompe l’oeil.

Au hasard? Lois Macron, Loi Rebsamen, rapport Combrexelle, rapport Mettling, …

Au bénéfice de qui ?

La solution ?

Une CGT de classe et de masse, avec des mobilisations sous des formes toujours à construire, avec des moyens et de la formation syndicale… Elle se doit d’être un outil pour renforcer les positions et rééquilibrer le rapport de force nécessaire.

Dans notre secteur, la réforme du collège et le PPCR en sont des exemples.

Raison de plus pour nous développer tranquillement, solidement, bien ancrés…

[LIRE LA SUITE]

Bulletin d’Information Académique n°114

De qui se moque-t-on!

reforme-clgLe gouvernement peut nous vendre du dialogue social au fil de grandes déclarations, pourtant…

Réforme du collège ; forte mobilisation contre le 19 mai dernier et le décret est signé le soir même par la Ministre de tutelle.

Le protocole de négociation concernant le PPCR* est soumis à la signature de la majorité des syndicats représentatifs, cette majorité n’est pas obtenue qu’à cela ne tienne ; le Premier Ministre menace de poursuivre unilatéralement !

Et que dire des petites phrases du Ministre de l’Economie sur les fonctionnaires ou à propos du Code du Travail…

Exprimons massivement notre rejet de ce mépris de démocratie avec cette semaine deux temps forts, la manifestation interprofessionnelle du 8 octobre et le rassemblement du 10 octobre à Paris contre cette réforme du collège.

Soyons nombreux, la lutte continue!

*Parcours Professionnel aux Carrières et aux Rémunérations


A vos agendas:

  • vendredi 17 octobre: date limite pour l’inscription aux concours. [SIAC]
  • jeudi 8 octobre: manifestation interprofessionnelle (voir article ci-dessous)
  • samedi 10 octobre: rassemblement à Paris contre cette réforme du collège

[Lire la suite du BA114]

Mots clé: vacances, IMP, ORS, psaee, convention collective, dénonciation,CAE, CUI, negociation salariale, fonction publique,reforme du college, mon salaire pour vivre, campagne cgt, action rentrée, CDI et multi employeur Moutons 2_11

Edito3diT0 ?

Cette année fut riche en événements ; la Cgt Enseignement Privé malgré un contexte très défavorable a participé aux élections professionnelles en réalisant une très bonne progression ; nous avons passé la barre des 15%. Les élections locales ont confirmé notre présence à Poitiers et Bressuire et elles ont aussi mis à jour de nouvelles implantations sur Niort et Angoulême ; tout cela avec des scores entre 20 et 30% ! Voilà de bonnes bases pour l’avenir !

D’un autre côté, nous devons faire face à de fortes régressions : la loi Macron réduit de fait  des instances sociales et des prud’hommes, comme si cela ne suffisait pas, la réforme du collège pourtant bien attendue s’est révélée avec des contours  plus qu’inquiétants institutionnalisant un environnement où l’arbitraire devient la règle. Si la réforme reste en l’état, les chefs d’établissement vont pouvoir mettre en concurrence les collègues et les disciplines, la division des équipes et ces jeux de tensions ne pourront se vivre sans casse…

Nous sommes aussi de plus en plus sollicités pour des questions individuelles. Leur nombre illustre la reconnaissance de la compétence et de la force de la CGT. Le développement de la syndicalisation rend d’autant plus nécessaire de continuer à développer les formations syndicales.

Vous pouvez à chaque fois compter sur la CGT Enseignement Privé pour faire entendre la voix des salariés et avec elle faire valoir et reconnaître vos droits!

En attendant, nous vous souhaitons de bonnes vacances!

[Le Bulletin dans son intégralité]

Edito BA n°108

mots clés : 9 avril, journée d’action, réforme du collège, Journée de formation syndicale, calendier scolaire, Convention collective psaee, mouvement 1er et 2nd dégré, Chazeran, CAE-CUI, ccf


 En guise d’Edito !

titanicLes dernières élections auraient pu rappeler à nos chères têtes pensantes et décideuses que leur position de dogme économique n’est pas l’option à retenir…

Après une défaite cinglante et prévisible notre gouvernement s’entête et se déclare pressé d’accélérer les réformes, entendez déployer une politique libérale de démantèlement des services publics où l’on envisage l’école comme une caricature d’entreprise.

Mais comme disait tonton Jacques : “Faut vous dire, Monsieur que chez ces gens-là, on n´cause pas, Monsieur, on n´cause pas, on compte !”

Là où il y a urgence à sortir nos concitoyens de la précarité, à revaloriser les salaires, à améliorer les conditions de travail des métiers de l’enseignement, à définir des vrais projets d’avenir, ambitieux, novateurs, porteurs d’espérance, on va gesticuler et déplacer des jours de vacances pour faire plaisir à l’industrie du tourisme en étouffant toute réflexion pédagogique et toutes questions de rythme des enfants. Tout cela avec des moyens en peau de chagrin, c’est vous dire…

Alors mobilisons-nous le 9 avril, faisons de cette journée un temps fort pour rappeler que le cap actuel n’est pas le bon ; que l’austérité ne résoudra rien et que les cadeaux au Medef ne font que creuser le déficit sans ouvrir de perspectives.

[lire le BA 108]